CATHERINE GUERARD

 

 

 

 

 

 

Catherine Guérard modèle « corps et âme », se donnant entièrement dans sa création et par là, fait naître « corps et âme » de la terre sculptée.


Elle s’est mise à modeler et sculpter comme on respire, besoin irrépressible, élan créateur spontané. Imprégnée des émotions ambiantes et de son intériorité, elle exprime toute l’empathie qu’elle ressent pour l’humain. Elle observe l’emportement et toute la passion dont l’homme est capable pour les retranscrire dans l’argile.
Loin de tout jugement et sans pessimisme sur la nature humaine, Catherine Guérard cherche son sujet dans l’immense richesse des émotions et des sentiments. La nature humaine l’intéresse dans son imperfection et sa capacité à l’extrême, loin du calme parfait et égal de l’ataraxie.


La terre est pétrie, modelée, travaillée. Comme une naissance, la tête prend forme tout d’abord et se libère du chaos. Le corps émerge ensuite, tuteur et pilier, pour ancrer la sculpture dans le sol. Le visage est un concentré d’émotion pure, incipit de l’histoire qui naît sous les doigts de la sculptrice. Puis le corps suit ce fil directeur, continuateur de la narration qui réinscrit cette émotion dans une chair et une morphologie humaine.


L’œuvre de Catherine Guérard est bien la synthèse d’un vécu, d’images, d’expériences et d’émotions, libérée des contraintes, catharsis salutaire pour tous.